#10 HAPPY HOES HOES HOES

Wesh petits et gros paquets (cadeau),

Il y a quelques jours, certains d’entre nous avons fêté l’anniversaire de baby Jesus (Joyeux Noel à vous passage tiens), et si nous sommes ici réunis c’est que vous comme moi avons survécu à l’événement.

Non pas que le réveillon de Noel soit une fête désagréable en soi… Mais pour ceux qui ont le plaisir/courage de participer a l’événement, vous savez parfaitement à quel point ces retrouvailles en famille (la plupart du temps) peuvent être éprouvantes (je ne parle pas uniquement du marathon de la bouffe et de la course aux Kg).

6358324509992416751266706596_spn-dean-i-regret-nothing-eating

D’autant plus lorsqu’on a la chance d’être pédé n’est ce pas?

Pour ceux qui n’ont pas la chance de vivre l’expérience, je vais tâcher de vous expliquer en 3 points, pourquoi Noël peut être une source d’angoisse pour un pédé de bientôt 30 ans (presque l’âge de la retraite sexuelle pour un pédé mal conservé rappelons le).

Raison #1: les cadeaux fille / garçon

La tradition veut que pour la période de Noel on se sente obligés de faire exploser son PEL, dans le but de faire des cadeaux (moches) à ses proches, en espérant que Mamie sera assez généreuse pour nous éviter l’interdit bancaire.giphy (10)

Bizarrement, il y a 20 ans cela ne nous posait aucun problème. Il est bien connu que plus on est jeune, plus on s’en fout de tout, mais surtout plus on a de cadeaux pendant la période de Noel! (injustice).

Et quels cadeaux…. cette année à la différence des autres années, et certainement grâce à l’éducation sur les genres et la position des hommes/femmes dans la société, que je suis en train de me faire sur internet et avec mon entourage; je n’ai pas pu m’empêcher d’être un peu affolé par ce que j’ai pu voir ou entendre pendant cette période de l’année.

Cela avait commencé dans les magasins de jouets lorsque je faisais mes achats de Noel : les stéréotypes fille-garçon étaient déjà bien installés et visibles dans leurs rayons respectifs… moi qui avais de l’espoir pour cette fin d’année, je me suis vu contraint comme tous les ans de parcourir les rayons fille-garçon pour essayer de trouver quelque chose de sympa pour mes petits cousins, en entendant des absurdités du type « on ne va pas lui prendre ça c’est rose, c’est pour les filles… »

J’ai déjà évoqué les notions de masculinité et féminité associées au genre biologique dans un article précédent. Vous êtes d’accord (et je l’espère), qu’offrir un Action Man à une fille ou une Barbie à un garçon n’auront aucun impact sur leur sexualité ou sur leur identité ? Bon… c’est un début.

b7076b56e3a3e806014262adc071725f
C’est génial les poupées
C’est donc assez consternant de voir encore des « jeunes » parents aujourd’hui, perpétuer les stéréotypes qui existent depuis toujours, en achetant des jouets « féminins » pour les petites filles et « masculins » pour les petits garçons en pensant que ça va forcément leur faire plaisir… comme si leurs sexes biologiques conditionnaient en quelque sorte leurs goûts et préférences en matière d’amusement.

Pitié, mettons nous d’accord: un jouet c’est un jouet, ça n’a pas de genre, c’est fait pour S’AMUSER et ne devrait être en aucun cas chargé de stigma sociaux, de jugements ou même être un vecteur de notions négatives issues des parents comme l’hétéronormativité. Si votre petit garçon vous demande du maquillage pour Noel, pourquoi ne pas lui acheter le kit complet Drag Queens avec la perruque et les talons qui vont avec? 🙂 Si votre petite fille vous demande un ballon de foot, achetez lui les crampons qui vont avec et payez lui un abonnement à un club par la même occasion !

Ma plus petite cousine a eu cette année plein de poupées, des jolies robes et des bijoux (Oui je l’avoue j’étais hyper jaloux). Son frère lui, a eu un avion télécommandé et un Stormtrooper du dernier Star Wars (encore une fois j’étais hyper jaloux). Tout le monde a donc joué le jeu de la société et a opté pour des jouets faciles. Les petits ont apprécié leurs cadeaux, mais leur éducation ne pouvait pas leur permettre d’en être autrement… Je me suis demandé comment ils auraient réagit si cela avait été l’inverse. Auraient ils été contents ou auraient ils eu honte de recevoir quelque chose qui n’est pas supposé leur convenir?

Pour essayer d’échapper au piège cette année je leur ai offert deux Talkie-walkie Star Wars… je suis resté ultra neutre… mais je n’ai pris aucun risque… c’est comme offrir un jeu de monopoly ou un jeu de cartes… mon défi 2016 sera d’être plus créatif pour voir leur réaction, et surtout celle des adultes présents dans la pièce.

Pourquoi cette question du genre au moment des cadeaux de Noel m’affecte en tant que pédé? Et bien nous autres déviants (filles et garçons) sommes presque toujours assimilés au genre opposé en raison de nos préférences sexuelles (malgré nous), et c’est un énorme problème auquel nous devons faire face tous les jours, spécialement pendant ce type d’événements: t’es pédé donc t’aimes les trucs de femme, t’es goudou donc tu aimes les trucs de garçon. OUI bien sur, mais pas que. Le sujet est complexe, mais ne devrait pas être présent au moment de choisir un jouet, un vêtement, un bijou, etc. D’autant plus quand on sait que ça finira certainement sur Ebay.

Des marques comme Moschino, associée récemment à Barbie pour le lancement d’une pub où l’on peut apercevoir un petit garçon jouer à la poupée, ou même Super U avec leur dernier spot publicitaire, essayent de casser aujourd’hui ces codes bien ancrés dans nos esprits. N’oublions pas que c’est à nous de montrer aux petits d’aujourd’hui que le monde change et qu’il devient un endroit où tout le monde a sa place.

Raison #2: l’éternelle question du « c’est pour quand? »

On redoute TOUS, ce moment qui arrive en général au moment du repas. Quand tout le monde a le ventre bien rempli, que l’alcool coule à flots, que les danseuses arrivent et que les saltimbanques se mettent à cracher du feu: il arrive qu’un membre de votre famille vous pose (de façon bienveillante ou non…) la fameuse question du « c’est pour quand? ». Celle qui vous écorche la peau et qui vous fait avaler de travers votre part de bûche… Si celle-ci peut être posée de différentes façons (certaines plus subtiles que d’autres) la sensation reste toujours la même…

ePPLwEl
Alors c’est quand que tu nous ramènes quelqu’un ?

giphy (8)
Alors c’est pour quand le mariage?

200
Alors il est pour quand le bébé?
En général, il faut dire qu’on n’embête pas souvent les garçons hétérosexuels avec ce genre de questions. Il est tout à fait admissible pour un homme hétéro de bientôt 30 ans qu’il soit célibataire, parce qu’il se consacre à sa carrière, parce qu’il a encore envie de coucher avec les 47 match Tinder qui lui restent, ou tout simplement parce qu’il n’en a pas envie… bref c’est pas très important.

Par contre, lorsque vous êtes une femme ou un pédé… la question prend toute une autre tournure ressemblant même dans certains cas à une accusation.

Dans la plupart des familles héteronormées, la question de l’homosexualité n’est pas un sujet dont il est facile de discuter librement… en général, comme on le fait en société, on se sent contraints à garder pour nous tout ce qui gravite autour des relations amoureuses / sexuelles entre homosexuels… ET TANT MIEUX !!!

Vous imaginez répondre à votre grand mère que si la raison pour laquelle vous n’êtes pas encore marié aujourd’hui c’est que « vous préférez faire des partouzes sous chems plutôt que vouloir rentrer dans le moule du schéma patriarcal ? » ou dire tout simplement à votre oncle que « non je n’ai pas ramené personne cette année car j’ai pas envie de me sentir observé, espionné, jugé à chaque fois que j’ose poser la main sur la cuisse de mon/ma partenaire ».

Et c’est là la grande différence avec nos amis hétérosexuels (qui souffrent néanmoins de cette question très chargée de  pression sociale également), c’est que chez la plupart des foyers (en tout cas c’est mon cas), même si l’on est avec quelqu’un, que tout se passe bien, que l’on a envie de l’afficher partout… on ne peut pas le faire. Ce serait mal vu tout simplement. Ce qui est assez démoralisant quand vous savez qu’il s’agit de votre propre famille…

Il faut savoir relativiser…. ils pourraient être racistes en plus de ça. Ça ira mieux en 2016  et encore mieux en 2017.

Raison #3: Le Fat Shaming

Pour le coup, ce n’est pas une question spécifique à la période de Noel. Mais il est bien connu que pendant cette période on a tendance tout de même a bien multiplier son apport calorique journalier par 3 (je viens d’inventer cette statistique).

4ef4cc69db6c0

Le Fat Shaming c’est quoi? c’est en gros (oops), insinuer que MINCE > GROS. Je prends le symbole mathématique car dans la réalité c’est exactement ça. Faire du Fat Shaming implique qu’une personne en surpoids, grosse, est inférieure à une personne mince, tant au niveau physique que moral… c’est une chose très dangereuse qui rejoint toutes les autres formes d’oppression qu’on retrouve dans notre belle société aujourd’hui.

Alors bien sur, comme toute forme d’oppression il faut s’encourager a changer sa façon de penser et d’agir, et cela commence déjà par arrêter de considérer le mot « gros » comme une insulte, et comme étant complètement dissociable de la beauté. On peut être gros ET beau, l’un n’empêche pas l’autre.

Cela étant dit… nous n’en sommes pas là… encore moins dans le milieu homosexuel. On a beau être une communauté stygmatisée, on trouve quand même moyen de critiquer et juger les autres… on est les PIRES.

Du coup… vous comprendrez bien qu’être gros et gay… c’est pas vraiment compatible. Dans un monde où toutes les relations passent par le virtuel, où les mecs se sentent obligés d’être torse nus sur leurs photos de profil,  pour afficher des corps ultra dessinés travaillés sans relâche dans des salles de sport, dans l’espoir d’avoir quelqu’un à présenter au prochain repas de Noel… être gros ça vous renvoie directement dans le fond du panier avec les autres fruits qui ne rentrent pas dans les critères de beauté conventionnels. En exemple des profils de « Douche bags de Grindr », typiques de ce qu’on peut voir tous les jours

Attention, quand je parle des gros je ne parle pas ici des « Bears »… sujet que j’aborderai dans un autre article certainement, petite (grosse?) sous partie de la communauté qui a ses propres codes et standards de beauté. Je parle du mec lambda, rondouillet, sans forcément être obèse, mais qui aura plus de mal à décrocher un plan cul que toute autre espèce répertoriée sur Grindr.

 

Gym-Fail-4
Moi en 2016

 

Le fait est que cette période de l’année peut être hautement démoralisante lorsque l’on voit la bidoche de Noël apparaître au bout de la deuxième bouchée de foie gras, après avoir fait tout un tas d’efforts tout le reste de l’année à la salle de sport…

Résolution 2016: Arrêter de chercher à se valoriser physiquement aux yeux de mecs qui finalement ne méritent pas d’attention. Et puis trouver l’équilibre entre la bonne dose de sport et de nuggets ❤

Quoiqu’il en soit, cette année j’ai eu de jolis cadeaux, j’ai très très bien mangé, je me suis tout de même bien amusé et profité des gens que j’aime. Les fêtes de fin d’année c’est certes éprouvant, mais c’est aussi rempli de moments agréables. En attendant le réveillon pour nous achever…

VIVEMENT 2016 ET LES GALETTES DE ROI

giphy (11)

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s